Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 janvier 2015 7 25 /01 /janvier /2015 00:53

Ce soir j'ai ouvert la bible au hasard et suis tombé sur le psaume 133:

Oh! quel plaisir, quel bonheur
de se trouver entre frères!
C'est comme l'huile qui parfume la tête,
et descend sur la barbe,
sur la barbe d'Aaron,
qui descend sur le col de son vêtement.

C'est comme la vallée de l'Hermon,
qui descend sur les montagnes de Sion.
Là, le Seigneur a décidé de bénir:
c'est la vie pour toujours!

J'ai pensé immédiatement à Alexeï en le lisant, parce que je lui avais chanté cette chanson que les juifs savent très bien et qui est tirée de ce psaume:

הנה מה טוב

Hine ma tov ouma nahim
shevet arim gam yarad


Textuellement: Ce que bon, ce que doux un asseoir de frères ainsi ensemble.
                      i.e. "Qu'il est bon et doux de vivre ensemble entre frères"

Il me racontait la difficulté qu'il avait rencontrée lorsque lui et ses parents se sont établis de la Russie à Israël, et qu'il ne comprenait strictement rien en classe...tout s'y donnait en hébreu. lol! Alors je lui ai chanté cette chanson qui n'a pas manqué de l'étonner. Pas que je lui chantai de façon prodigieuse, mais plutôt cette question inévitable qu'il se posait à lui-même : « Comment un goy(non-juif) peut connaître cette chanson et la chanter en plus...en hébreu? »

Le petit Alexeï qu'on l'appelait, pour le différencier de l'autre Alexeï; pas à cause de sa grandeur, mais à cause de son âge, il avait 16 ans. Alexeï me raconta comment il percevait la vie, et ça démontrait qu'il n'y avait en lui aucun espoir qu'il existe une autre vie après la vie. La vie, me dit-il, se passe aussi vite que l'eau du robinet dans un évier...alors il faut en profiter durant que nous sommes vivant: s'amuser, baiser les femmes etc...

Je ne me doutais pas, à ce moment-là, que derrière cette bonne humeur, cette attitude à toujours blaguer...pouvait se cacher une grande détresse intérieure. Je croyais que c'était une idée folle de jeunesse qui lui passait par la tête.

Il y a quelques années, 4 ans peut-être, je téléphonai à Youra, un arménien avec qui j'ai travaillé. Nous nous sommes donné rendez-vous au MacDonald sur la rue Queen Mary, pour passer quelques publicités du service de garde à domicile d'Ana et Roberto, des amis à moi. C'est là que Youra me dit ce qu'il était arrivé avec le petit Alexeï : il s'est jeté dans le fleuve du pont Jacques-Cartier. Il avait 18 ou 19 ans lorsqu'il mit fin à ses jours.

Toujours il y a malaise face ce genre de situation: on ne comprend pas et on ne sait quoi dire. C'est comme cette fois où, à Québec, je rencontrai l'assistant-cuisinier avec qui j'avais travaillé au courant de l'été entre 2 années de cours universitaires. Il me dit à propos du jeune cuisinier:"Un parent est arrivé au restaurant un matin pour dire qu'il s'était suicidé." Je fus surpris, c'était le boute-en-train de tout le personnel de ce restaurant. Il me dit que ça n'était pas la première fois qu'il attentait à ces jours. « C'était mon meilleur ami ! » me dit-il. « Et tu dois savoir, toi qui étudies en théologie, qu'il ira sûrement en enfer pour ça. »  Je ne m'attendais pas à ce genre de réflexion, alors j'essayai de répondre avec la plus grande franchise : « Il y avait sûrement une grande souffrance intérieure pour commettre un tel geste. Ce n'est pas un acte commis par haine de soi-même et haine de Dieu, Dieu seul est juge et connait les intentions. » En fait, dans ce genre de situations, on tente d'être le plus rassurant possible sans connaître les véritables motifs du suicide. Nous sommes sans réponse.

Seigneur Jésus, tu es venu pour prendre sur toi toutes nos fautes, toutes nos détresses et nos désespoirs intérieurs, pour les extirper par ton sacrifice. Puisses-tu, dans ta grande miséricorde, accueillir auprès de toi toute personne, spécialement Alexeï, qui ont vécu ou vivent aujourd'hui de grandes détresses intérieures. Pour qu'ils puissent chanter un jour dans cette Jérusalem céleste que tu nous as promise :
                   
                    Qu'il est bon et doux de vivre ensemble en paix entre frères !

Article composé le 18 juillet 2010

 

 

                                                                            


Partager cet article

Repost 0
Published by Denis - dans Divers
commenter cet article

commentaires