Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 janvier 2015 2 20 /01 /janvier /2015 18:37

La première fois que je suis allé dans un monastère c'était un cloître. C'était la seule fois que je mis les pieds dans un cloître d'ailleurs, et c'était un cloître pour femmes en plus. lol

J'étais postulant chez les frères du Sacré Coeur et puis le fr. Guy Giroux nous avait demandé un petit service à quelques uns de nous postulants. Nous sommes allés au cloître des soeurs du Précieux Sang à Sherbrooke pour tout simplement sortir quelques boîtes tout juste pour quelles soient à l'extérieur. Nous les avons sorties...elles n'étaient pas bien lourdes, mais voyez-vous c'est que ce sont des soeurs cloîtrées, et aucune d'elles ne peuvent par leur engagement ne mettre ne soit qu'un pied à l'extérieur.

C'était la petite soeur du frère Guy, sa vraie soeur qui nous a accueillis. Une autorisation spéciale d'entrer dans ce cloître a été demandée probablement à l'archevêque du diocèse de Sherbrooke, parce que les hommes y sont strictement interdits d'entrer. Mais parce que nous avions un statut de quasi-religieux, si j'ose m'exprimer ainsi, nous n'y allions pas dans l'intention de flirter. lol

Soeur Giroux nous a ouvert la grille et puis nous a indiqué précisément quelles boîtes il fallait sortir, et puis elle s'est mise à l'écart du garage comme pour ne pas voir l'extérieur lorsque le frère Guy ouvrirait la porte qui donne directement accès à la cour. Lorsque nous avons terminé, bien sûr que nous n'avons pas visité les lieux; frère Guy s'est entretenu un peu avec sa soeur, ce qui est tout à fait normal dans les circonstances où il n'avait probablement pas eu l'occasion de le faire autrement qu'à travers une grille depuis je ne sais combien d'années...et qui sait si ce fut sa seule fois.

Il y avait dans ce cloître, comme dans à peu près tous les monastères que je visitai par la suite, comme une musique douce d'ambiance que j'avais à peine remarquée. Comme une musique de salle d'attente de cabinet de médecin ou de dentiste...mais différente...vraiment différente. Cette musique on la remarque lorsque nous y sommes longtemps exposée, et puis elle nous énerve jusqu'à nous rendre complètement dingue parfois. Curieusement, c'est cette musique qui m'avait attiré lorsque je fis une retraite de 4 jours au monastère cistercien d'Oka quelque 1 année plus tard. Une musique entre-coupée des fois d'un toussotement, d'un claquement de porte, omniprésente partout dans l'édifice. Je contemplais le maître des lieux qui avait composé toutes les partitions de cette gigantesque pièce musicale en lui disant: "J'ai vraiment l'impression que je vais t'entendre me parler, alors vas-y dis-moi!"

Et cette musique qui continue de jouer.

Le silence, la musique qui rend fou !

 

 

                                                                   


 

Cet article a été composé le 16 septembre 2010

Partager cet article

Repost 0
Published by Denis - dans Divers
commenter cet article

commentaires