Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mai 2010 7 02 /05 /mai /2010 23:00

Qu'est-ce qui fait la grandeur d'un homme?
Est-ce le fait d'être invincible, irréprochable, sans tort et sans reproche?
...ou, au contraire, est-ce le fait de reconnaître ses torts pour ensuite admettre qu'on a besoin d'aide?

Qu'est-ce qui fait la force d'un homme?
Est-ce le fait de tenir debout le plus longtemps possible par ses propres moyens?
...ou, au contraire, est-ce le fait de reconnaître que nous tombons et que nous avons besoin d'aide pour nous relever; nous relever et  rester debout, ferme et solide?

D'après moi, la force d'un homme ne réside pas dans son orgueil, mais dans son humilité. Cette humilité de se reconnaître tel qu'on est face à Dieu, et surtout de chercher à ce que Dieu puisse nous purifier de cet orgueil qui égare les sages de ce monde. Là s'en suivra une démarche de repentance.

Même les célébrités tombent...même les grands rois tombent!

Dieu envoya le prophète Natân vers le roi David.
Natân raconte une histoire au roi David au sujet de deux hommes, l'un riche et l'autre pauvre.
Le riche avait abondance de bétail, le pauvre avait une seule brebis qu'il avait achetée.
Cette brebis, le pauvre la nourrissait de son pain, mangeait à même sa coupe, dormait sur sa poitrine, vivait avec ses enfants; c'était comme une fille pour lui.
L'homme riche reçu un visiteur, et épargnant de faire tuer une bête de son troupeau pour servir à son visiteur, vola la brebis du pauvre et l'apprêta pour son visiteur.

À l'écoute de ces propos de Natân, David entra dans une grande colère et dit: "Aussi vrai que Yahvé est vivant, l'homme qui a fait cela mérite la mort. Il remboursera cette brebis au quadruple pour avoir commis cette action et ne pas avoir eu de pitié."

Natân dit à David: "Cet homme, c'est toi! Ainsi parle Yahvé Dieu d'Israël: Je t'ai oint comme roi d'Israël, je t'ai sauvé de la main de Saül, je t'ai livré la maison de ton maître, j'ai mis dans tes bras les femmes de ton maître... Pourquoi as-tu méprisé Yahvé et fait ce qui lui déplaît? Tu as frappé par l'épée Urie le Hittite, sa femme tu l'as prise pour ta femme, lui tu l'as fait périr aux mains des Ammonites..."

Cette histoire nous est racontée dans le Deuxième Livre de Samuel au chapitre 11, et la demande de pardon de David c'est le psaume 51 ci-dessous:

Pitié pour moi, ô Dieu, en ta bonté,
en ta grande tendresse efface mon péché,
lave-moi de toute malice,
de ma faute purifie-moi.

Car mon péché, moi, je le connais,
ma faute est devant moi sans relâche;
contre toi, toi seul, j'ai péché,
ce qui est mal à tes yeux, je l'ai fait.

Ainsi tu es juste quand tu prononces,
sans reproche quand tu juges,
Vois: mauvais je suis né,
pécheur ma mère m'a conçu.

Mais tu aimes la vérité au fond de l'être,
instruis-moi des profondeurs de la sagesse.
Purifie-moi avec l'hysope: je serai net;
lave-moi: je serai blanc plus que neige.

Rends-moi le son de la joie et de la fête,
et qu'ils dansent, les os que tu broyas!
Détourne ta face de mes fautes,
efface de moi toute malice.

Ô Dieu, crée pour moi un coeur pur,
restaure en ma poitrine un esprit ferme;
ne me repousse pas loin de ta face,
ne retire pas de moi ton esprit saint.

Rends-moi la joie de ton salut,
assure en moi un esprit magnanime;
aux pécheurs j'enseignerai tes voies
à toi se rendront les égarés.

Affranchis-moi du sang, Dieu de mon salut,
et ma langue acclamera ta justice;
Seigneur ouvre mes lèvres,
et ma bouche publiera ta louange.

Tu ne prendrais aucun plaisir au sacrifice;
si j'offre un holocauste, tu n'en veux pas.
Mon sacrifice, c'est un esprit brisé;
d'un coeur brisé, broyé, tu n'as point de mépris.

En ton bon vouloir, fais du bien à Sion:
tu rebâtiras Jérusalem en ses murailles!
Alors tu te plairas aux justes sacrifices,
- holocauste et totale oblation, -
alors on offrira de jeunes taureaux sur ton autel.





Partager cet article

Repost 0

commentaires