Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mai 2011 4 05 /05 /mai /2011 21:24

  Ce que je me souviens de ces tantes,...ou plutôt grandes tantes puisque soeurs de ma grand-mère maternelle, ce ne sont pas leurs propos mais ce qu'elles laissaient transparaitre de leur personne, de leur attitude. C'est comme si il y avait un charisme à chacune qui nous oblige à respect.

 

  Respect oblige bien sûr pour quelques unes d'entre elles puisqu'elles sont religieuses, soeurs du Bon Pasteur. Si nous les voyions qu'une ou deux fois par année(à Noël et à Pâques) c'était amplement suffisant. Lorsque les soeurs Rancourt i.e. Marie-Georgiana, Armosa et...ne rions pas ici s.v.p!...Flor-Ida faisaient leur entrée chez ma grand-mère, il nous fallait, les enfants, passer le supplice du "pince-joues"...vous connaissez? Ouiii...vous connaissez! Nous nous efforcions de sortir notre plus beau sourire forcé et, comme les fois précédentes, elles nous prenaient la joue gauche entre le pouce et l'intérieur de l'index, nous la secouaient un peu en disant: "Mon Dieu qu'il a grandi cet enfant-là!" Et là je me disais en moi-même: "Vas-y mollo avec les pincettes!...ça fait mal!" Un supplice qui ne durait pas plus d'une dizaine de secondes et ouf!...nous voilà quitte pour un autre 5 ou 6 mois. Un sourire forcé ça s'apprend assez rapidement, ça fait presque partie d'un protocole de politesse lorsqu'on est enfant. Même moi j'ai appris qu'avec un visage crispé le supplice est moins douloureux, croyez-moi! lol Mais ce qu'il y avait de moins effrayant avec ces tantes religieuses, c'est qu'aucune ne portait de faux ongles pour nous grafigner et surtout pas de rouge à lèvres pour nous barbouiller partout le visage. Wouach!

 

  Si étrange que ce puisse paraître, nous les respections beaucoup malgré leurs habits sombres comme pour aller à un enterrement et leur curieux genre de vie. Sans vouloir enlever quoi que ce soit à leurs témoignages, loin de là, ce n'est d'aucune de ces tantes religieuses dont je désirerais vous parler ici.

 

  Cette tante est merveilleuse! Elle est aussi la soeur de ma grand-mère, n'est pas religieuse, cependant tout le monde l'attend. Lorsqu'elle fait son entrée chez ma grand-mère, j'arrête volontiers ma conversation avec ma cousine Lise à propos de mon projet de mariage avec elle dans une quinzaine d'années tout au plus, pour aller la saluer. Nous entendions les parents, les enfants dirent: "Bonjour ma tante Rose!" chacun leur tour; c'est comme un canon harmonieux et improvisé puisque ça vient tout naturellement. Puisque ma tante Rose est maintenant arrivée, puisque tout le monde est là, nous pouvons nous préparer à manger. Bien entendu que je me suis assis à côté de ma cousine Lise pour poursuivre cette conversation sur ce projet de mariage. Un projet de mariage qui est tombé à l'eau quand un des mes oncles a parlé à Lise de quelque chose comme "consanguinité". "Non mais de quoi je me mêle!" que j'aurais eu envie de lui dire. doh! Nous mangions ce délicieux râgout que ma grand-mère avait préparé avec des patates jaunes, et puis un morceau de bûche de Noël pour déssert. Le repas terminé nous allions tranquillement au 1er salon, là il y aura la remise des cadeaux. Il y avait un fauteuil qui faisait dos au 2e salon; dans ce 2e salon s'empilaient les cadeaux sur les canapés. Ce fauteuil c'est le fauteuil du Père Noël...c'est le fauteuil de ma tante Rose. Ma tante Rose est le Père Noël...c'est vrai! Ne discutons pas ici s.v.p.! Vous oubliez que je suis un enfant, alors il ne faut surtout pas me decevoir.

 

  Ma tante Rose faisait la distribution des cadeaux et personne n'aurait oser lui subtiliser cette place. C'est de ses mains que j'ai reçu ce beau cadeau quelques années auparavant, et dont je ne me rappelle toujours pas la provenance(voir Le bonheur est en Dieu parce que l'amour est en Dieu). Quelques fois elle arrêtait la distribution et sortait un cadeau de son sac près d'elle pour un tirage auprès des enfants. Elle demandait aux enfants de choisir un chiffre entre 1 et 10, je me rappelle avoir gagné un superbe livre à colorier...cool!

 

  Ma tante Rose était toujours souriante, gentille et patiente, c'est remarquable...une vraie grand-maman! Et lorsqu'elle nous quitta par son décès ce fut ma première grande peine. Il y eut une dernière prière et on s'apprêtait à fermer le cercueil lorsque je réalisai subitement que plus jamais je ne reverrais son visage et que son absence laisserait un grand vide dans ma vie: j'éclatai en sanglots et rien n'aurait pu m'en retenir. Qu'est-ce que tu t'es fait remarquer Denis cette fois-là dis donc!

 

  Quand je regarde avec un recul toutes ces choses de ma vie, toutes ces personnes que j'y vois, il n'est pas surprenant que ce puisse m'amener à me poser certaines questions. Comment peut-on aimer de cette façon sinon que Tu y sois pour quelque chose ô mon Dieu! On ne pourrait exprimer parfaitement l'amour d'un Dieu que si Lui-même nous l'enseignait par son Esprit Saint; c'est ce qui fait la force du croyant par son témoignage de foi, et celui de ses parents et ses proches, plus qu'une simple acceptation d'une évidence par son intelligence.

 

  Je n'ai peut-être pas besoin de me rappeler tout ce qu'une personne disait ou prêchait pour connaître qu'elle était témoin de l'amour d'un Dieu par sa seule façon d'être. Et ce qui fait que je puisse voir ta présence en ma vie, ô mon Dieu, ce sont les témoins de ton amour que Tu y as déposés, et que j'y ai rencontrés.

 

  Je te rends grâce ô mon Dieu pour Marie-Rose Rancourt(ma tante Rose)! Elle était et sera toujours  témoin de ton amour.

 

  C'était un hommage à ma tante Rose.

 

                                 Soyez chercheurs de Dieu, soyez enfants de Dieu!

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Elisabeth de Hautségur 04/06/2011 00:59


Il me semble être entrée par une porte dérobée. Je suis une petite fille aux yeux noirs, aux cheveux noirs et frisés. Nous avançons sur des pistes parallèles, et nos maisons d'enfance ne diffèrent
pas tant. Douce nuit. Elisabeth.