Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juin 2011 6 25 /06 /juin /2011 20:48

Cet été-là, j'étais dans le chemin qui lie les cabines au réfectoire du Camp Bel'Air au Lac Aylmer. Ce même camp, où, quelques années auparavant nous nous amusions sur la bonne vieille "tripe" sans nous rompre le cou, rappelez-vous! Mais je n'y suis pas en tant que juvéniste...j'y suis en tant que frère-novice.

Ce sont les oiseaux qui m'ont réveillé ce matin-là. Les 2 camps de 2 semaines des campeurs terminés, nous étions chacun des frères à nos cabines, et, la mi-août terminé, nous allions chacun à nos places respectives: certains au juvénat à Bromptonville, certains au noviciat à Montréal-Nord etc...Nous sommes en semi-retraite en quelque sorte; repos et préparation...Je vais au réfectoire pour le déjeuner(petit déjeuner pour les européens) avec mes confrères. C'est par la suite que, dans ma cabine, je répondis à soeur Léontine, une soeur de la Sainte-Famille de Bordeaux. Ici, retournerons un peu en arrière pour que je vous explique...

C'était probablement au début de l'été que nous avions visité le couvent des Soeurs de la Sainte-Famille de Bordeaux. La tante d'un de nos confrères novices, soeur Rita Paquet, nous faisait visiter les lieux. Elle et une autre religieuse nous firent découvrir l'endroit, et nous parlaient de leur mode de vie etc. Comme il y a assez souvent dans ces couvents, nous arrivâmes à l'infirmerie où se trouvaient les soeurs malades et âgées. Soeur Rita dit: "Nous allons dire un bonjour à une de nos soeur voulez-vous!" Et là, dans la chambre, était allitée soeur Léontine Deschênes; soeur Rita fit la présentation: "Soeur Léontine, on vient vous dire bonjour." Nous lui disons bonjour, et soeur Léontine demande à soeur Rita: "Qui sont-ils?"..."Ce sont les novices chez les frères du Sacré-Coeur." Toute comme hébétée "...les frères du Sacré-Coeur!" "Oui, soeur Léontine" lui répondit soeur Rita. "Ah.....y a-t-il un parmi vous qui s'appelle Denis Beaudoin?" Alors là je fus hébété à mon tour. lol

"J'ai été chargée de prier pour vous spécialement pour les vocations." - Ça expliquait pourquoi elle connaissait mon nom.

Mes frères, soeur Rita et l'autre soeur qui l'accompagnait, nous laissèrent seuls moi et soeur Léontine. Nous avons parlé peut-être 15 ou 20 minutes elle et moi...peut-être plus; c'était plus moi qui l'écoutait, et je lui répondais avec le plus grand des respects. Nous n'avons pas parlé de la pluie et du beau temps, vous le savez bien! Nous avons parlé de cette expérience spirituelle propre à chacun, de Dieu et de vocation. Elle m'a promis aussi de me donner un présent lors de mes voeux.

Alors c'est à cette religieuse que j'écrivais du Lac Aylmer, en réponse à cette lettre qu'elle m'avait écrite. Je donnai la lettre à un frère qui passait régulièrement au village tout près du Camp, Stratford Centre, pour qu'il la poste. Nous avons fermé les principales installations du Camp Bel'Air quelques semaines après ça, et je fis mes premiers voeux d'une année le 15 août avec quelques autres jeunes frères. Je retournai par la suite à Montréal-Nord...et c'est là que j'ai reçu une lettre, ou plutôt une grande enveloppe, en provenance des Soeurs de la Sainte-Famille de Bordeaux. Il n'y a pas le nom de soeur Léontine sur l'enveloppe, c'est intriguant! Tout ce qui s'y trouve, c'est un petit fascicule résumant la vie de soeur Léontine...soeur Léontine est décédée. Je le lis cérémonieusement; et puis à une certaine page il y a quelque chose de très beau qui résonne comme un poème, ça parle des oiseaux qui réveillent le matin par leurs chants et de l'immense forêt...et puis je réalise que c'est une partie de la lettre que je lui avait écrite. J'en fus surpris et ravi à la fois! Il était écrit: quelqu'un lui a écrit une très belle lettre à notre soeur avant son départ....là il y avait  une partie du contenu, et puis signé "anonyme". C'est de cette façon que je fus informé du décès de soeur Léontine. Est-ce qu'elle avait mis cette lettre sur sa table de chevet parce qu'elle y accordait une importance? avait-elle partagé son contenu?...je crois bien que oui. Ce qui est le plus surprenant, c'est de quelle façon le coeur peut s'exprimer parfois lorsqu'il est généreusement ouvert. Je ne sais pas si j'aurais eu le courage, à ce moment-là, de parler de ces oiseaux, de cette forêt et de cette paisibilité comme je l'ai fait, si j'aurais su que tout ceci serait publié par la suite quelque part. Je ne crois pas, non.

La vie s'apprend en l'expérimentant, en la vivant. On l'apprend en l'improvisant par nos expériences antérieures, nos choix et ces personnes que cette même vie nous amène à rencontrer. On y croise des personnes qui marchent à nos côtés pendant des années, sans que celles-ci ne nous apportent beaucoup de leurs expériences. On y croise aussi de ces personnes qui, l'espace d'un souffle, nous pousse à avancer et se dépasser. Ces personnes pour qui, comme soeur Léontine Deschênes, l'expérience d'une vie se résume à l'essentiel d'un chant d'oiseau et d'un émerveillement de l'homme devant la beauté de la création et de l'existence.

Cette forêt, ce Camp, tout y était très beau! En passant, pour les intéressés, il est à vendre ce Camp.

Visitez le site des services immobiliers pour faire votre offre...on ne sait jamais! http://www.intercomsi.com/fr/vendre_louer/commercial/214/ 

Ce fut un autre de ces étés formidables de ma vie.

 

Allez voir Ces étés de ma vie(1 de 3) - Un truc à se casser la figure.



Partager cet article

Repost 0
Published by Denis - dans Divers
commenter cet article

commentaires